***** Saison 2017-2018 *****
Avril à juin 2018

Théâtre contemporain
*** Création ***
Presse

Moulins à Paroles
(Talking heads, traduit chez Actes Sud)
Monologues d'Alain Benett
Par : Ariane Thymour Smith
Mise en scène : Carole Baillien

Le livre " Moulins à paroles " d'Alain Benett est un petit bijou d'écritures oscillant entre la comédie  et la tragédie.

Trois monologues racontent la tranche de vie extraordinaire de trois femmes ordinaires.
L’une, femme de pasteur est alcoolique et adultère, la seconde passionnée par son voisinage et la rédaction de lettres a la plume des plus acérées et la troisième est une actrice généreuse qui ... en effet, se donne.
Drôles, touchantes, douces amères et terribles à la fois... nous les découvrons dans 3 magnifiques monologues issus du Moulin à Paroles/Talking Heads d’Alan Bennet, "Un lit parmi les lentilles,
Une femme de lettres et La chance de sa vie " tirés de Moulins à Paroles.

Entre le rire des petits faits vrais qu'on se risque à raconter et les larmes
des tragédies qu'on parvient à peine à couvrir…, on apprend vite ici que
"la vie, c'est généralement quelque chose qui se passe ailleurs."
Alan Bennett.

L'auteur : Auteur réputé pour la télévision britannique BBC, Alan Bennett a d'abord commencé sa carrière en tant que comédien pour ensuite devenir scénariste, auteur de pièces de théâtre et de romans. Auteur d'oeuvres autant humoristiques que controversées, Alan Bennett est un réel chroniqueur des moeurs de l'Angleterre d'aujourd'hui.

Tout public : Les jeudi 19, vendredi 20 et samedi 21 avril 2018 à 20h30

P.A.F. : 15 € - étudiant : 10 € - Article 27 : 1,25 €

 
Théâtre musical
*** Création ***
Presse

Alma Mahler, la grande Veuve
Texte de Jean-Claude Humbert
Interprétation : Sophie de Tillesse et Jean-Claude Humbert
Mise en scène : Daniela de La Hoz
Production : Théâtre Hall - Genève


" ... Non, je ne suis pas antisémite. Sinon, je n’aurais pas épousé deux Juifs. Et quand j’ai dit au premier, Gustav, Gustav Mahler, d’ailleurs converti au catholicisme pour pouvoir diriger l’opéra de Vienne, quand je lui ai dit, donc, à mon premier mari, que sa musique n’était que celle d’un sale petit Juif, c’est vrai que je n’aurais pas dû, je regrette, j’ai dit ça sous le coup de la colère, je ne le pensais pas réellement, j’aurais dit de la même façon à un autre que sa création n’était que celle d’un sale petit catho intégriste, d’un sale petit protestant sec et borné, d’un sale petit boche nazi, d’un sale petit aristo facho ou d'un pauvre petit connard d’Autrichien dégénéré, je ne le pensais pas, enfin je ne pense pas que je le pensais, c’est parti tout seul... !

Elle a vécu le déclin de l’empire austro-hongrois, la montée du nazisme et finalement l’exil.
Aux bals, fêtes viennoises et champagne - plus tard ce sera la bénédictine - ont succédé l’errance, la vieillesse et la solitude. Alma, dans son appartement new-yorkais de deux pièces, vieille et alcoolique, glisse doucement vers la folie et la mort, au rythme des souvenirs et des apparitions qui ont jalonné son existence.
Bien qu’elle ait perdu ses amis, ses amants, ses maris et trois de ses enfants, sa vie n’est pas qu’un champ de désolation, elle a été éclairée par d’innombrables et brûlants instants de bonheur. C’est elle qui le dit.
Élue et exclue, admirée et détestée, elle connaît la gloire et le rejet, l’adulation et l’indifférence.
Alma est double, faite de noir et de blanc, des couleurs qui chez elle ne se mélangent pas. Elle assume, elle encaisse, ce n’est pas une âme grise.
Le côté obscur de la forte et intrépide Alma la montre obsédée par le sexe et le souci de paraître, lui fait dire des horreurs sur les Juifs, ne pas savoir qui est le père de ses enfants. Son côté lumineux la présente belle, intelligente, cultivée et spirituelle, épousant deux Juifs et permettant à l’un d’eux d'échapper au camp de concentration. On la traite de femme fatale, ogresse, nymphomane, ambitieuse, opportuniste, walkyrie enflée buvant comme un trou. Inversément on en fait une idole, une muse cultivée, une grande dame, on la compare à un sphinx.

La Grande Veuve, comme l'appelait Thomas Mann, a deux amours : la musique et les hommes. Celle-là ne lui apportera pas la reconnaissance qu’elle mérite et elle aimera ceux-ci dans la mesure où elle peut déceler en eux du talent, ou pour le moins une carrière prometteuse. Ses amants seront des compositeurs en vue, des peintres célèbres, ses trois maris un grand compositeur, l’architecte du Bauhaus et un écrivain de renom. Alma est femme de génies.

Tout public : Les mercredi 25, jeudi 26, vendredi 27 et samedi 28 avril 2018 à 20h30

P.A.F. : 20 € - étudiant : 10 € - Article 27 : 1,25 €

 

 
Lecture musicale et poétique
*** Création ***
Presse

Intimes dissemblances et confidences
Lecture romanesque, musicale et poétique
Auteur : Douchka van Olphen
Interprétation : Marie-Gaëlle Janssens-Casteels, Anne Van Rymenam et Pascal Guéran
Mise en scène : François Mairet
Editions : Académia

 





 « Marianne, Hélène, Juliette. Trois femmes, trois générations. Le lien filial tisse entre elles une étoffe aux couleurs singulières. Chacune jeune fille à son heure, chacune embrassant son destin au travers de son époque et de son héritage familial. Chacune se dévoile au lecteur dans son vécu de femme mais aussi de mère, de fille, de compagne d’un homme. Chacune pour elle seule mais aussi l’une pour l’autre, telles les perles d’un même collier. Douchka vous invite dans les méandres de vies, qui pour chaque lecteur, lectrice, vient faire résonner l’écho de questions inhérentes au fait même d’exister. »

Intimes Dissemblances est un roman écrit paru en septembre 2016 aux éditions Academia.
La lecture des extraits ouvrira une fenêtre sur les personnages principaux du roman.
Le tout est accompagné de la musique, présente dans le roman, et de textes poétiques qui amènent réflexion et émotion.

Douchka van Olphen est née en France et vit en Belgique depuis 1989. Maman de deux enfants, elle est licenciée en sciences politiques. Après un début de carrière dans la publicité, elle s’est orientée vers le secteur associatif pour lequel elle travaille encore. Elle a écrit deux romans : « Intimes dissemblances » (2016) et « Flora ! » (2017), publiés aux éditions Academia (Louvain-La-Neuve). Elle écrit également de la prose et des poèmes dont une partie est publiée sur son site www.ecriturevivante.be. À travers son écriture, Douchka parvient à raconter avec simplicité ce qui est difficile à dire, à voir, à ressentir. Elle met en mots les relations entre les individus, donne forme et couleur aux non-dits. Elle écrit la vie sans se détourner des difficultés : en donnant un sens à la laideur, une place aux peurs et un temps à la beauté qui se trouve dans une infinité de détails du quotidien.

 

Tout public : Les mercredi 23, jeudi 24 et vendredi 25 mai 2018 à 20h30

P.A.F. : 15 € - étudiant : 10 € -

 

 

 

Théâtre
*** Création ***
Presse

" Dans les Oubliettes "

Fantaisie théâtrale de Henri van Lierde




Le Professeur Caramel revisite ses " Oubliettes ", un scénario de film non réalisé,
et en fait l'objet d'une surprenante leçon de théâtre et de cinéma où sont conviés
la psychiatrie, le droit, la tauromachie, deux nonnes et la guerre au Liban...

Une conférence-spectacle surréaliste, amusante et instructive
jouée et mise en scène par le Professeur Caramel en personne

Participation gracieuse d'Einstein et de Marie Curie Casteels (E= MC2)




.


Le Professeur introduit le scénario, le lit, le joue et le commente.
Pendant une heure et quart (soixante-quinze minutes) on est tenu en haleine et
on espère apprendre comment tout cela se termine.

Ce spectacle pourrait intéresser tous ceux qui s'occupent de maladie mentale, de dépression et de manies.
Mais il s'adresse surtout aux passionnés de cinéma, c'est-à-dire à ceux qui pensent que le cinéma les dévore et les dévorera encore.
Le sujet traité peut choquer les esprits sensibles et les bourgeois mais d'habitude il les fait réfléchir.
De toute façon, ce n'est pas du temps perdu !

 

Tout public : Les mardi 29, mercredi 30, jeudi 31 mai et le vendredi 1er juin 2018 à 20h30

P.A.F. : 15 € - Etudiants : 10 €

 
Théâtre
*** Création ***
Presse


Péplum
Par : Annick Cornette et Jean-Pierre Wallemacq
d'après Amélie Nothomb
Mise en espace : Magali Revest
Lumières : Martin Delval
Co-Production : Kokliko théâtre - Cargo Ciel


La pièce Péplum adaptée du roman éponyme d'Amélie Nothomb écrit en 1996 nous propose un voyage dans le temps.
Elle pose des questions essentielles sur notre futur commun en utilisant un humour acide qui révèle toute sa belgitude.

A qui la faute ?
A ceux qui récoltent les fruits où à ceux qui ont planté les arbres ?
La beauté est-elle impudique ?


Une dialoguiste, du nom d'Amélie est hospitalisée pour une légère intervention qui nécessite une anesthésie générale. A son réveil, elle tombe dans le vide. Obnubilée par
« Pompéi », elle imagine sa rencontre avec un contradicteur zélé, scientifIque du futur dénué de toute humanité nommé; Celsius. Il a pour seul amour; Pompéi.
C'est donc lui, 1950 ans plus tard qui aurait déclenché l'éruption afIn de préserver Pompéi, au sommet de sa gloire.
Celsius a préfèré sacrifIer une humanité au proft d'une idéologie glorieuse et déchue.
Péplum est un huis clos où l'auteure joue son propre rôle et s'amuse à tourmenter son geôlier : Celsius. Elle le déteste à cause de son cynisme et de ses crimes.
Elle va mettre à mal sa superbe en le poussant à bout.

 

Tout public : Les mercredi 6, jeudi 7, vendredi 8 et samedi 9 juin 2018 à 20h30

P.A.F. : 15 E - Etudiants : 10 E


 

Chanson française

*** Création ***
Presse


" Et toi ? "
Coline Malice en concert


.  Bientôt un 5ème album !

"Coline Malice vous présente ici son spectacle solo de chansons : "Et toi ? " en vue d'un nouvel album qui sortira en 2018, le cinquième déjà !

On ne la présente plus, bruxelloise vivant depuis 10 ans du côté des volcans d'Auvergne,
Coline Malice nous emmène dans un univers engagé, tendre ou drôle,...
Nous passons du rire aux larmes dans ce spectacle tonique.
Sa voix puissante est soutenue toujours par son accordéon diatonique et par quelques notes de piano,...
Des chansons qui vous traverseront le coeur... "

https://vimeo.com/260622148

Tout public : Les vendredi 22 et samedi 23 juin 2018 à 20h30

P.A.F. : 15 € - étudiant : 10 €- Article 27 : 1,25 €

 

 

******************* Heureuses vacances d'été **************************

et

En juillet nous sommes en décentralisation à
Avignon au théâtre Le Verbe Fou pour un 12ème festival !

12ème Festival

Du vendredi 6 au dimanche 29 juillet 2018

Je choisis mon fauteuil et je réserve en 1 clic sur
www.leverbefou.fr

***** Au programme *****

 

LES VERBERIES DE L'ETE,
Lectures, Causeries, Conférences

par nos invités de prestige :

 

****************

NOS SPECTACLES

 

* Le prophète *
de Khalil Gibran
par le théâtre du Partage


* 24heures de la vie d'une femme sensible *
de et par Marie-Lorraine Raveton

* Comme un lundi *
d'Axel Sénéquier

* Burn baby burn *
de Caroline Lacroix


* Les bons bourgeois *
de René de Obaldia

 

* Féérie lyrique *
Spectacle musical féérique pour mélomanes débutants
de Justine Verdier et Carlos LLabrès

* Alma Mahler, La Grande Veuve *
de Jean-Claude Humbert
par le Théâtre Hall


* La Baby-sitter *
de René de Obaldia
par la compagnie l'Escabotée


* Ludwig II, le roi perché ! *
d'Olivier Schmidt
par les Joyeux de la Couronne




Contact : 00 33 490 85 29 90 - leverbefou@orange.fr